ENTENTE CORDIALE

A cause de mon travail et du fait que j’habite en zone 3, je passe au moins le tiers de ma vie dans les transports publics. C’est très fatiguant mais si vous voulez mener une vie pleine d’aventures (style Indiana Jones, hein, pas Lady Chaterley…), franchement, il n’y a rien de mieux.
Je vous donne un exemple: par une belle matinée d’automne, je suis dans le train qui m’emmène dans le centre de Londres. Il est environ 11 heures alors on est entre nous, je veux dire entre gens qui travaillent selon des horaires bizarroïdes plus quelques glandeurs : des touristes, des étudiants, des retraités. Mon compartiment est à moitié vide. Je suis en train de sortir mon roman de mon sac quand j’entends une question ingénue rompre le silence paisible du wagon: « What’s your name? ». Elle m’intéresse parce qu’elle a été prononcée avec un très fort accent français. Alors je me penche un peu et remarque de l’autre côté de l’allée deux jeunes filles blondes avec des cheveux longs qui papotent en gloussant. C’est à elles que la question s’adresse. Je regarde donc par-dessus le siège devant moi car je suis d’avis que quand on écoute l’air de rien les conversations des autres, c’est mieux de savoir à quoi ils ressemblent. Le poseur de question est un jeune homme nerveux et assez anguleux assis au bord de son siège comme s’il allait se projeter dans la stratosphère d’une minute à l’autre. Il a les yeux qui brillent et il regarde les filles comme si c’était des bonbons. Penché vers elles, il attend la réponse en souriant d’un sourire que je trouve un peu carnassier mais bon, chacun ses techniques d’approche… Les filles sont d’accord avec moi apparemment parce qu’elles se regardent avec un petit air amusé mais continuent de discuter sans lui prêter attention. Le Frenchie ne se décourage pas : « Heille, what’s your nameu? » répète-t-il en haussant un peu la voix. Elles doivent trouver la question trop banale ou le type pas assez beau parce qu’elles détournent carrément la tête et font exactement comme s’il n’existait pas. J’éprouve de la compassion pour mon compatriote parce que je me dis que, quelle que soit la technique utilisée, il faut quand même un certain courage, quand on a dans les 20 ans, pour aborder quelqu’un qu’on connait pas, dans une langue étrangère en plus et que les filles auraient pu faire un petit effort et puis soudain j’entends mon Froggy clore la conversation qu’il n’a pas pu commencer d’un « Fuck you! » bien sonore. « OOOOOOOOOOOOOOh!!!! » font les deux filles outrées.
Alors ça c’est typique! Les Français ne se rendent absolument pas compte que les Anglais sont la plupart du temps beaucoup moins vulgaires que nous au quotidien et que leurs gros mots ont par conséquent une force qu’ils ont perdue en France à force d’être utilisés: j’ai remarqué dès mon arrivée ici que dire « Shit! » en Angleterre est nettement moins anodin que « Merde! » en France, plus porteur de sens en quelque sorte (d’ailleurs, je vous conseillerais, même si vous êtes très en colère, de ne pas essayer de traduire littéralement « Bordel de merde » ou « Putain de chiotte » si vous voulez éviter tout incident diplomatique ). En règle générale, c’est toujours déconseillé de jurer dans une langue étrangère, ça sonne rarement juste.
Donc je suis en train de regretter que personne n’ait transmis à ce jeune homme ces importantes considérations linguistiques et culturelles quand j’entends avec soulagement une dame lui dire, alors que le « OOOOOOOOOh » vient seulement d’amorcer son decrescendo de l’autre côté de l’allée, que « Non mais ça va pas ou quoi? On dit pas ça à des filles qu’on connait pas juste parce qu’elles veulent pas vous parler, eh oh… »… Et simultanément, je réalise avec effroi que non seulement c’est moi qui viens de parler mais qu’en plus maintenant je suis debout en face de lui (il y a un dossier de siège entre lui et moi mais quand même…) et que c’est tout juste si j’ai pas mon doigt en l’air pour lui faire la leçon, comme si j’étais sa maman ou sa maitresse d’école et qu’il avait 10 ans… Je le regarde, il me regarde, le menton meurtrier, et je sens qu’il a une furieuse envie de m’en coller une et que si j’avais pas l’âge de sa mère, il ne se gênerait pas. Il a les testostérones qui lui bouillonnent à l’intérieur, prêtes à lui ressortir par les trous de nez et les oreilles. Je crois que ce n’est pas le genre de type qui accepte facilement d’être ignoré et encore moins qu’on lui fasse la leçon…
Et voilà! C’est tout moi ça: il y a un monsieur dans une énorme baraque à Kensington qui gagne 92 fois mon salaire juste pour s’assurer que l’entente reste cordiale entre les Français et les Anglais et moi je viens risquer ma vie dans un train de banlieue à faire la même chose pour pas un rond!
« C’est vrai quoi », je dis au type d’un voix radoucie, voire mielleuse. « Elles vous ont rien fait les filles ». En jetant un petit coup d’œil sur le côté, je vois les nénettes en question plisser les yeux pour essayer de comprendre mais j’ai pas l’impression que ça marche alors j’ajoute: « En plus franchement, elles ont pas l’air très futt-futt, si j’étais vous je laisserais tomber ».
Je suis sûre qu’on doit apprendre ça quand on fait de la formation en résolution de conflit: n’accablez pas le coupable, facilitez la négociation en incriminant la partie adverse… Mais il faut croire que j’ai encore des progrès à faire dans ce domaine parce que le type continue à me regarder méchamment puis tout d’un coup il se lève brusquement et alors que les filles se collent toutes les deux contre la vitre du fond, il passe devant elles et il sort du train en maugréant plein de choses pas du tout gentilles pour elles. Mais c’est pas grave parce que c’était tout en français.
« Thank you », me disent les filles, soulagées.
« De rien », dis-je. « Vous savez, il ne pensait pas ce qu’il disait ».
Moi, si j’étais l’Ambassadeur de France au Royaume-Uni, je m’enverrais un petit mot de félicitations pour mes efforts de rapprochement franco-britannique dans le domaine culturel et linguistique. Ce serait bien mérité non?
Publicités
Cet article, publié dans Uncategorized, est tagué . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour ENTENTE CORDIALE

  1. Valerie dit :

    Tu vis une vie pleine de risque!

  2. Rolet dit :

    voila une française qui a comment dirais-je, ma cousine,euh, enfin,…….
    des couilles quoi!!!
    non mais on leur a jamais appris la politesse à ces touristes français.
    Je te décore de la légion d’honneur au moins, pour cet acte de bravoure.
    Demain matin en me rasant, je verrai un français fier de l’être.
    Bisous ma domi
    Fabrice

  3. minou dit :

    This guy is lucky because I know you are in fact « La Fee Carabine » and getting off the train is the best thing he could have done. Ferrero Rochers for everyone!!!

  4. Chunky dit :

    Bravo Domi, mais quand même, comme tu le décris, il montrait une violence latente ton loubard, l’entente cordiale c’est pour le mondain, c’est pour ça que tu seras récompensée que par tes adorateurs qui lisent ton blog! Bravo encore, mais n’en fais pas trop, venant d’un français ou pas, la provoque est dangereuse! Interesting to read, Some humor in an otherwise horrible situation. I liked the way you brought the middle piece when you spoke to the guy! xx.

  5. Malika dit :

    Un copain s’est pris un poing dans la figure (oeil au beurre noir pendant des jours) pour avoir defendu une nana dans le metro: seule difference, c’etait a NYC et le mec etait bourre. Heureusement pour toi, notre jeune Francais avait seulement une grande gueule et toi un grand esprit. Bravo!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s